Cité Pilleux



Il est de ces endroits dans Paris qui me surprennent et m'émerveillent.

Comme cet endroit trouvé par hasard sur l'Avenue de St Ouen. Lorsque je cherche un endroit pour shooter un look, en général je ne cherche pas bien longtemps et surtout je n'ai que l'embarras du choix mais il arrive que je me retrouve dans des lieux qui font toute la différence à l'instant même où j'y pose le premier orteil.

A la face du monde



Peut-être l'auriez vous déjà compris - ou pas d'ailleurs - mais je suis une fan intergalactique de Harry Potter (comme je vous l'expliquais ici) depuis des années ! J'essaie de ne pas en faire un sujet trop central sur le blog, pensant bien  qu'il y en a qui se sentiraient moyennement  concernés. 

Vous imaginez donc ma réaction lorsqu' Undiz lance, il y a quelques mois, une collection sous ce thème : joie, excitation applaudissements... puis frustration quelques semaines plus tard lorsque je me rends compte que je suis passée à côté et que mes pièces favorites sont déjà sold out.
MAIS la vie est plus ou moins pleine de surprise, et Undiz a décidé de remettre le couvert avec le garçon à la cicatrice en forme d'éclair et cette fois-ci pas question que ça me passe sous le nez !

Une envie d'élégance



J'ai toujours eu tendance à me vêtir de manière assez simple, assez "street-chic" si je devais reprendre un de ces termes un peu flous de magazines féminins. Depuis des années, je ne porte que très rarement autre chose qu'un jean slim en guise de pantalon, et les pompes dans lesquelles je me suis toujours senties à l'aise sont les Converse (et ça, j'avoue, ça n'a pas vraiment changé!)

Tu sais que c'est l'automne quand ...


L'automne est donc arrivé le 22 septembre, à la place du 21 ce qui a foutu le bordel dans la tête dans la tête de tout le monde comme si la Terre s'était ouverte en deux. No panic les gars, tout va bien on a toujours quatre saisons. Oui, même la pizza.
J'avais envie de vous dire ce que de quitter l'été me fait à moi, ces petites choses que je remarque car elles me font sourire ! Donc, tu sais que c'est l'automne quand... 

Harry Potter and the Cursed Child



Il y a quelques mois, j'ai appris que ma saga/mon univers/mon sujet de conversation préférée de tous les temps sortait une sorte de petite suite inattendue et inespérée.

D'abord, je me suis sentie complètement dépitée car il s'agissait d'une pièce de théâtre jouée exclusivement à Londres pour le moment.. Or être fan ne remplit pas mon compte en banque et aller en Angleterre pour assister à cette pièce n'était pas dans mon budget. 
Mais gros retournement de situation, j'apprends , quelques mois plus tard, la sortie du script de la pièce en livre ! 

Et là, grosse flippe. Lorsqu'on me propose de commander la version française prévue pour octobre 2016, je refuse. J'ai peur qu'il ne s'agisse que d'une pâle copie de l'écriture de J.K. produite par un groupe de clopins avec pour unique but de se remplir les poches. J'ai simplement eu peur d'être déçue et de garder comme un goût amer de cette lecture. 

Quelques semaines passent. J'en entends de plus en plus parler, je survole quelques revues qui ont l'air de se contredire les unes les autres et je vois la "communauté" Potterhead plébisciter le travail du scénariste et du metteur en scène de la pièce à laquelle J.K. Rowling a participé. 
Et puis finalement, je prends comme un signe de la Providence le fait de tomber nez-à-nez avec la version anglaise chez Cultura, une trentaine d'exemplaires alignés sur une étagère à l'entrée du magasin. Je craque. 

No-Poo | Shampoing Rhassoul VS Shikakaï



Dans mon dernier article sous le thème des soins capillaires [ici] , je tirais le portrait de Jeannot, mon cuir chevelu, et vous expliquais à quel point il peut se montrer capricieux et impitoyable.

Mon ressenti à ce propos c'est tout simplement que les shampoings du commerce, bios ou non, sont composés de milliards d'ingrédients dont la moitié ont des noms qui ne nous évoquent queudalle et te donnent juste envie de tout plaquer pour aller te laver de la tête aux pieds au savon de Marseille (ce qui n'est pas une bonne idée, j'ai testé... deux mots : ça grince.)

Thanks for Jeannot, il existe d'autres alternatives pour se décrasser le crâne et rester fraîche, propre et potable au quotidien. Sur l' échafaud le banc d'essai aujourd'hui : le rhassoul et la poudre de shikakaï pour savoir qui est le winner et qui va devoir repartir comme la France à la fin de la finale de l'Euro. Et oui, j'étais obligée. 

VIDEO / Comment réussir son année (lycée, BAC)



Les études ont toujours pris une place primordiale dans ma vie, et d'ailleurs c'est extrêmement étonnant que je n'en ai pas parlé avant !

J'ai toujours fait tout ce qui était en mon pouvoir pour faire partie du peloton de tête dans ma classe, motivée à donner le meilleur de moi-même et à me donner à moi-même le moyen de pouvoir atteindre mes objectifs et réaliser mes rêves ! 

J'ai volontairement publié cette vidéo au mois de septembre, évidemment vous comprenez bien que ce n'est pas au mois de mai qu'on commence à mettre en marche le plan "réussite". Too late buddy.  



... Quelques conseils en plus 

Pour les plus gros devoirs type dissertations, voilà ce que j'avais l'habitude de faire : en rentrant chez moi le soir même du jour où le devoir nous avait été donné, je dressais le plan du devoir pour savoir de quoi j'allais parler et dans quel ordre. Les jours suivants, je laissais la chose germer en rajoutant des éléments au fur et à mesure puis, une fois le plan bien finalisé, je commençais la rédaction dès que j'avais un long moment à y consacrer, au mieux 3/4 jours avant la date butoir pour ne pas être stressée. 

Ne pas se comparer aux autres. J'ai me suis souvent entendue dire que j'avais un "don" pour les études et qu'il était réservé à une certaine catégorie de personne d'avoir plus de 15/16 de moyenne. BALIVERNES. Il suffit simplement d'y mettre du coeur et de comprendre pourquoi on est là et ensuite, ça passe tout seul. 

• Si vous avez de vraies difficultés dans une matière capitale au BAC type maths/économie ou philo pour les L, parlez-en à vos parents et demandez leur si il n'y a pas moyen de faire venir un prof particulier à la maison. Je suis déjà tombée sur des profs abominables qui avaient soit une méthode complètement inefficace soit zéro autorité donc le cours ne ressemblait à rien. 
Pour ça, pas forcément besoin de vous ruiner en faisant appel à une société intermédiaire, faites votre recherche sur le net : on y trouve une tonne de profs retraités et d'étudiants passionnés qui cherche à arrondir leurs fins de mois !

• Essayer de vous écouter vous et pas vos parents pour le choix de votre BAC. Plus tôt on fait ce que l'on a réellement envie de faire et plus tôt on est là où on a envie d' être, plus tôt on est performants et heureux ! N'hésitez pas à en parler avec eux d'ailleurs si ça remet en question votre projet !

Je vais m'arrêter là pour mes conseils à moi. Si vous en avez qui vous ont aidés, n'hésitez pas à les partager en commentaire, on a tous besoin de s'entraider à ce niveau là !